''Souscription 2018'' - Pour relever ce défi, nous ne pouvons compter que sur vous ; c’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à votre générosité, certains que vous saurez y répondre. - Aller dans la rubrique "Agir" et "Faire un don" - Yvan Aumont - Bertrand Renouvin - Nicolas Palumbo
Editorial | La Nouvelle Action Royaliste

Agir contre la pauvreté

Editorial du magazine royaliste N°844 | octobre 2004
lundi 4 octobre 2004 | Thème: économie
Recommandez:

Telle qu’elle est aujourd’hui menée par le président de la République, notre politique étrangère mérite sur des aspects décisifs d’être chaleureusement soutenue.

Les citoyens sont en mesure de vérifier chaque jour à quel point l’opposition de Jacques Chirac à l’invasion de l’Irak était justifiée. Comme beaucoup d’autres Français, nous nous félicitons que le président de la République française soutienne fermement le président Poutine, veille au développement de la coopération franco-russe et, par ailleurs, tienne bon face à l’agitation anti-turque qui a gagné ses propres partisans.

Une autre initiative, prise le 20 septembre à New York, est tout à fait remarquable. Lors de réunions consacrées à la dimension sociale de la mondialisation, Jacques Chirac s’est joint à Lula da Silva pour présenter une nouvelle ligne d’action internationale en matière de financement du développement économique et social. Le Brésilien et le Français ont été rejoints par le président chilien et par le Premier ministre espagnol : sous l’égide de l’ONU, ces hommes d’État ont indiqué les moyens qui permettront de lutter, à l’échelle mondiale, contre la faim et la pauvreté.

A partir des travaux du « groupe Landau », constitué à l’initiative de Jacques Chirac en novembre dernier, les nations qui se sont associées à New York proposent d’organiser un système mondial de taxation (par exemple sur les transactions financières ou sur les ventes d’armes) assurant le financement public et massif des investissements dans les domaines vitaux : alimentation, eau, santé, éducation.

On raconte à l’extrême gauche que ce programme est nécessaire mais insuffisant, qu’il s’agit d’un aménagement du système, non de sa destruction en vue d’un autre monde. Voilà qui donne joli teint. Mais les images d’Haïti ravagé par la tempête Jeanne disent l’extrême urgence de l’action : il faut prendre l’argent là où l’on peut, et le donner là où il sauvera tout de suite les êtres humains du dénuement. Voilà qui répond concrètement aux trois injonctions de François Perroux (1) : nourrir les hommessoigner les hommeslibérer les esclaves – en commençant par les enfants et les femmes des pays les plus pauvres.

Ni l’urgence de l’action, ni l’engagement personnel ne dispensent de réflexions générales. En voici quatre, au fil de la plume :

La Déclaration de New York nous fait sortir de l’humanitaire désordonné, parfois douteux, soumis aux stimuli médiatiques et aux fausses contraintes du marché de la souffrance et retrouver le souci de la personne humaine comprise et aidée dans sa plénitude.

Le souci ainsi exprimé est authentiquement politique, ce qui est gage d’efficacité : contre l’idéologie libérale-libertaire, s’affirme la nécessité de l’action conçue dans le cadre des institutionsinternationales et concrétisée par la médiation des États nationaux.

Si, à l’échelle mondiale, on récuse de fait le dogme meurtrier de l’équilibre par la concurrence de tous contre tous, si l’on rejette les niaiseries altermondialistes sur l’autogestion des communautés de base, il faut en tirer toutes les conséquences pour nos nations développées et pour les modes européens de coopération : rejeter le principe d’ultra-concurrence, récuser la « gouvernance » pour en revenir à l’action gouvernementale qui consiste à déterminer et à conduire la politique de la nation, retrouver l’impératif de justice sociale en redéfinissant les modalités de la répartition du revenu national afin que les salariés soient de nouveaux avantagés.

Si la France veut être exemplaire dans l’action internationale contre la pauvreté, il faut qu’elle accumule encore plus de puissance économique et financière afin de distribuer toujours plus de richesses. Or les oligarques français et leurs partenaires européens continuent de sacrifier les peuples à l’orthodoxie budgétaire. « Faire des économies » est une attitude anti-économique. Détruire l’industrie nationale par les privatisations (celle d’EDF maintenant), au nom de la rentabilité du capital et en laissant faire les délocalisations, c’est se priver de moyens décisifs de développement, pour nous-mêmes et pour l’ensemble de nos partenaires.

Plaidons, humblement, pour la cohérence.

Bertrand RENOUVIN

Cf. « Penser, faire la révolution mondiale », revue Cité n° 40.