''Souscription 2018'' - Pour relever ce défi, nous ne pouvons compter que sur vous ; c’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à votre générosité, certains que vous saurez y répondre. - Aller dans la rubrique "Agir" et "Faire un don" - Yvan Aumont - Bertrand Renouvin - Nicolas Palumbo
Editorial | La Nouvelle Action Royaliste

FMI, go home !

Editorial du magazine royaliste N°969 | 
lundi 3 mai 2010 | Thème: économie
Recommandez:

Le 12 avril, Dominique Strauss-Kahn a publiquement déclaré que des mesures déflationnistes devaient être appliquées à la Grèce : « le seul remède efficace qui reste est la déflation (...) et c'est exactement ce que la Commission européenne a très justement recommandé ». Il y a donc totale convergence de vues entre le FMI et les oligarques bruxellois, ce qui ne saurait nous étonner. Je cite Dominique Strauss-Kahn plutôt que d’autres, parce qu’il a osé donner une claire définition des aberrantes mesures décidées à Bruxelles, Francfort et Washington. Sa déclaration n’a d’ailleurs pas suscité de réactions particulières dans les médias : la ligne déflationniste était déjà fixée et parfaitement assimilée. Martine Aubry ne s’est pas non plus exprimée mais ses discrets commentaires sur la crise grecque montrent qu’elle est acquise à une aide financière européenne conditionnée par une cure d’austérité dont elle ne dénonce pas la sauvagerie.

Cet alignement des dirigeants socialistes français et européens sur l’ultra-libéralisme est d’une telle évidence qu’il risque de conduire à un constat résigné. Je reste pour ma part sidéré lorsque j’entends ces très hauts fonctionnaires et ces apparatchiks, bardés de diplômes et d’expériences, affirmer la bouche en cœur que la baisse générale des salaires est le remède à la crise économique et financière qui affecte la Grèce et bien d’autres pays. On me dira que cette dogmatique lamentable est le résultat de la paresse intellectuelle et du manque de courage politique : les oligarques de gauche se sont persuadés que nous n’avons pas le choix et veulent nous associer à leur propre démission. C’est vrai. Et nous sommes quelques-uns à deviner chez eux la jouissance que procure la pose sacrificielle – jouissance d’autant plus douce que ces lâches ne supportent pas le poids des sacrifices qu’ils nous imposent.

Tout de même, je ne m’y fais pas. Je n’arrive pas à comprendre comment Dominique Strauss-Kahn, par exemple, peut préconiser la déflation. Nous sommes de la même génération. Nous avons étudié dans les mêmes livres – lui plus longtemps que moi puisqu’il est agrégé de sciences économiques. A Science Po, il a sans doute lu et appris par cœur le « Tacel et Ambrosi » (1) où l’on peut, page 618, lire ceci : « la tentative faite par le ministère Laval en 1935 pour diminuer les dépenses de l’État par une déflation de 10 % ne permet que de maintenir les dépenses à leur niveau précédent et aggrave la crise en diminuant d’autant les rentrées fiscales ». Tous nos professeurs dénonçaient la déflation comme une horreur économique et un étudiant qui l’aurait justifiée à un examen aurait été considéré comme un imbécile, un provocateur ou un fou.

Comme la France de 1935, la Grèce va s’enfoncer dans la récession sans pour autant réduire le montant de sa dette publique. Mais le Front populaire avait triomphé en 1936, alors que c’est une gauche résignée qui est au pouvoir à Athènes. Je m’en voudrais de l’accabler : Georges Papandréou est le Premier ministre d’un pays qui a perdu comme nous sa souveraineté monétaire et qui a subi les conséquences de l’euro fort : recettes du tourisme, du commerce extérieur et de l’affrètement en dollars, dépenses en euros. Il vient d’aliéner sa souveraineté économique depuis que le directeur du FMI a décidé de soumettre le peuple grec à la déflation. Insultés pour leur « laxisme » (moindre que celui des Italiens), humiliés par les envoyés de Dominique Strauss-Kahn, les Grecs ont raison de crier « FMI go home » (2) et nous souhaitons qu’ils bloquent la mécanique meurtrière et rétablissent ce qu’ils ont inventé : la démocratie. Si le peuple grec contraint le gouvernement qu’il a élu à lui rester fidèle en chassant les chiens de garde de ce qu’il nomme « ploutocratie » (pouvoir des riches) leur exemple stimulera la résistance des Portugais, des Espagnols – et la nôtre. On dira que c’est du populisme : nous ne faisons que défendre la souveraineté nationale et la démocratie.

Bertrand RENOUVIN

(1) C. Ambrosi, M. Tacel, Histoire économique des grandes puissances à l’époque contemporaine1850-1958, Delagrave, 1963.

(2) Ces images et ce slogan ne sont pas diffusés sur certaines chaînes d’information en continu, qui préfèrent citer un sondage selon lequel 60 % des Grecs seraient favorables à l’austérité. La désinformation est patente.