Editorial | La Nouvelle Action Royaliste

L'industrie liquidée

Editorial du magazine royaliste N°1170 | du 17 juin 2019 au 30 juin 2019
mercredi 26 juin 2019 | Thème: économie
Recommandez:

C’est toujours la même comédie. Quand une entreprise est menacée de fermeture, quelqu’un, au gouvernement, assure les sala­riés et la France entière de sa « vigilance », de sa volonté de promouvoir les « champions nationaux» et de défendre nos « intérêts stratégiques ». Et quand l’usine ferme, on souhaite en haut lieu qu’il y ait un bon plan social, d’heureux reclassements et une « relance de l’activité, donc de l’emploi », puisque la croissance redémarre ou va redémarrer ! De droite ou de gauche, les ministres ont toujours jeté la même poudre aux yeux et les présidents de la République en déplacement sur les sites de Flo­range, de Whirlpool ou d’ailleurs ont apporté leurs éminentes contributions au mensonge généralisé.

Le résultat de ces décennies de postures et d’im­postures officielles, c’est la désindustrialisation de la France. Nous avons perdu Péchiney, Rho­dia, Lafarge, Alcatel-Lucent, Arcelor, les Chan­tiers de l’Atlantique, Total, Technip, Alstom, Air­bus… et de nombreuses entreprises moyennes dans les secteurs du luxe, de l’alimentation, du sport – y compris les fameuses « entreprises inno­vantes » qu’on laisse partir à l’étranger en même temps que le quart des diplômés français (1).

C’est ainsi que la France a perdu la moitié de ses emplois industriels depuis 35 ans et que la part de l’industrie dans le PIB est tombée de 24 % en 1980 à 12 % en 2017 – contre 15 % en Italie et 23 % en Al­lemagne. Et ce n’est pas fini. Au mois de mai, nous avons appris la suppression à Belfort de 1044 emplois par General Electric, la fermeture de l’usine Ford de Bordeaux, la mise en liquidation judiciaire de Bri­tish Steel qui avait repris l’aciérie Ascoval de Saint-Saulve, la fermeture de la papeterie Arjowiggins…

Depuis le « tournant de la rigueur » en 1983, la France perd sa puissance et tombe dans la dépendance. Au fil des privatisations et des abandons, nous perdons notre indépendance militaire – General Electric pro­duit désormais les chaudières nucléaires des bâti­ments de la Marine nationale – nous perdons notre indépendance technologique et nos capacités de déve­loppement dans les secteurs de pointe. Cette perte de puissance a provoqué la formation d’une France péri­phérique et elle engendre d’innombrables souffrances qu’aggrave le délabrement des services publics.

La désindustrialisation de la France a été voulue par la droite comme par la gauche. L’abandon de toute politique industrielle est le fruit d’une décision. Le refus de soutenir les secteurs en difficulté, c’est une décision, de même que le reflux des commandes pu­bliques. Le choix des « services » - et surtout des services financiers – au détriment de l’industrie, c’est une décision inspirée par Michel Pébereau et quelques autres fascinés par l’Angleterre thatché­rienne. Les ministres ont employé des grands mots – « compétitivité », « politique de l’offre » - et se sont livrés aux délices de l’affairisme, d’abord en amateurs, puis sous la férule d’un banquier d’af­faire entré « par effraction » à l’Élysée. Ne doutons pas qu’ils continueront dans cette voie, qui assure le financement discret des opérations politiques et de fructueux atterrissages dans le secteur privé.

Nous sommes nombreux à savoir ce qu’il faut faire pour arrêter ce désastre et relancer l’activité écono­mique en vue d’un développement orienté par les impératifs écologiques : nationalisation des sec­teurs-clés, planification, protection de l’économie nationale, politique fiscale redistributive… Mais il nous faut constater qu’il n’existe pas en France de force politique capable de présenter un tel pro­gramme de redressement. La gauche « socialiste » agonise dans le déshonneur après avoir activement contribué au naufrage industriel. La gauche « radi­cale » va continuer à donner le spectacle de ses inco­hérences. Le Rassemblement national est hostile à la planification et aux nationalisations et a renoncé à défendre le principe de souveraineté monétaire.

Il faudra encore beaucoup de révoltes pour que la bataille politique réponde à la fois aux impératifs nationaux et aux exigences de la guerre de classe qui voudraient qu’un bloc patriotique populaire se consti­tue pour affronter et battre la caste des liquidateurs.

Bertrand RENOUVIN

(1) Cf. Laurent Izard, La France vendue à la découpe, Édi­tions L’Artilleur, 2018, et ma présentation dans Royaliste n°1163.