''Souscription 2018'' - Pour relever ce défi, nous ne pouvons compter que sur vous ; c’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à votre générosité, certains que vous saurez y répondre. - Aller dans la rubrique "Agir" et "Faire un don" - Yvan Aumont - Bertrand Renouvin - Nicolas Palumbo
Editorial | La Nouvelle Action Royaliste

Les critères de notre choix

Editorial du magazine royaliste N°1015 | 
lundi 11 juin 2012 | Thème: politique
Recommandez:

Les élections législatives des 10 et 17 juin se déroulent dans une situation critique, puisque la zone euro est entrée en agonie. Les ultimes mesures de sauvetage ne feront pas longtemps illusion et les programmes des principaux partis vont être rapidement frappés de désuétude sur des questions majeures : le projet d'intégrationeuropéenne et la politique de rigueur budgétaire tout particulièrement. Les projets et les promesses des dirigeants politiques sont donc à prendre avec une extrême circonspection.

Nous ne saurions cependant conseiller l'abstention ou le vote blanc. La crise économique et sociale est d'une telle gravité que la France ne doit pas être exposée à une période de cohabitation qui provoquerait un affrontement au sein du pouvoir exécutif. De plus, une majorité de droite renforcerait le dispositif ultra-libéral qui est en train de ruiner notre pays tout en continuant de mener une politique « identitaire » qui, comme partout où l'on a fabriqué des oppositions d'ordre ethnoculturel, risque de conduire à la guerre civile.

Nous redoutons que l'UMP reprenne les thèmes xénophobes développés pendant la campagne présidentielle par le candidat battu et se rapproche du Front national au point de rendre possibles des alliances lors des prochaines élections locales. Nous continuerons à combattre les discours racialistes de la droite radicale et d'une partie de la droite classique - ce qui implique une opposition résolue aux candidats du Front national et aux candidats de l'UMP qui adhérent à l'idéologie « identitaire » de cette nouvelle droite.

Notre opposition au nationalisme ethnique, constante depuis quarante ans, n'implique pas un appel à voter systématiquement pour les formations de gauche. Comme en 2007, nous sommes décidés à agir avec discernement, selon des critères qui découlent de nos convictions profondes.

Nous rejetons les candidats de gauche qui se sont signalés par leur adhésion aux thèses ultra-libérales et qui affirment la nécessité de résoudre la crise de la zone euro par le fédéralisme européen.

Nous rejetons les candidats de gauche qui adhérent à l'idéologie multiculturaliste glorifiée par la fondation Terra Nova et qui donnent la priorité aux réformes dans le domaine des mœurs.

Nous rejetons les candidats présentés par Europe-Écologie Les Verts, groupe de pression étranger au domaine politique et au souci de l'intérêt national.

Nous appelons à voter pour les gaullistes rassemblés autour de Nicolas Dupont-Aignan, pour Jacques Nikonoff et ses camarades du Mouvement politique d'Éducation populaire, pour les socialistes patriotes et pour les communistes qui ont mené la campagne victorieuse contre le défunt « traité constitutionnel », qui se sont opposés à la ratification du Traité de Lisbonne et qui se sont engagés à protéger l'économie nationale.

Les choix exprimés par le Comité directeur de la Nouvelle Action royaliste n'impliquent pas le soutien au gouvernement de gauche qui pourrait être constitué après le 17 juin.

Selon la ligne définie lors de ses congrès, la Nouvelle Action royaliste continuera de faire campagne :

Pour la sortie de l'euro et pour la recréation d'une monnaie nationale dans le cadre d'un nouveau système monétaire européen afin que l'État se donne les moyens d'une politique fondée sur l'exigence de justice sociale ;

Pour le contrôle des mouvements internationaux de capitaux, la nationalisation du crédit, la nationalisation des secteurs-clefs et la mise en œuvre d'une politique industrielle nationale définie dans le cadre d'une planification démocratique ;

Pour la rupture complète et définitive avec l'Otan, le renforcement de la Défense nationale et l'organisation d'un système européen de sécurité collective dont les États-Unis d'Amérique seront, par définition, exclus.

Pour la constitution d'une Confédération des États européens, capable d'assurer le développement économique et social d'un ensemble continental veillant à la protection de ses intérêts.

Le Comité directeur de la Nouvelle Action royaliste