''Souscription 2018'' - Pour relever ce défi, nous ne pouvons compter que sur vous ; c’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à votre générosité, certains que vous saurez y répondre. - Aller dans la rubrique "Agir" et "Faire un don" - Yvan Aumont - Bertrand Renouvin - Nicolas Palumbo
Politique générale | La Nouvelle Action Royaliste

Trentième Congrès du 10 avril 2011

Politique générale |  dimanche 10 avril 2011 | Thème: politique
Recommandez:

Le mythe d’une fin de l’histoire dans l’économie du marché globalisé a vécu. Le libre échange n’a pas engendré la prospérité générale mais d’innombrables violences et de nouveaux conflits entre les grandes puissances. Le mouvement de l’histoire n’a pas de cesse. Aujourd’hui, les États-Unis sont sur la voie du déclin ; au contraire, le Parti communiste chinois affirme sa volonté de puissance d’autant plus facilement qu’il exerce sa domination sur un peuple privé de droits et durement exploité.

Face à l’agressivité monétaire, financière et commerciale des dictateurs de Pékin, les oligarques européens continuent d’affirmer la nécessité de la concurrence maximale qui est en train de détruire les économies nationales de l’Ouest du continent. Ces oligarques sont tout aussi incapables que le gouvernement des États-Unis de juguler la crise d’un capitalisme financier qui continue d’imposer ses volontés aux États. La « moralisation du capitalisme » et l’assainissement du système bancaire n’ont pas eu lieu : les spéculateurs restent maîtres du jeu.

Cette capitulation devant les puissances financières s’accompagne pour les États-Unis et leurs alliés, d’un échec politique en Irak et d’une défaite militaire avérée en Afghanistan. Dans l’Union européenne, il est désormais certain que la « monnaie unique » ne peut convenir à des économies nationales trop différentes. Au lieu de protéger les nations et les peuples, l’euro est facteur de délocalisation, de chômage et de baisse des salaires : les mesures de sauvetage qui ont échoué en Grèce et en Irlande seront appliquées au Portugal et à l’Espagne avec le même résultat négatif quant aux finances publiques et à la croissance, au prix d’insupportables souffrances sociales.

En France, l’offensive de longue date menée contre les salariés du secteur privé, contre les fonctionnaires, les services publics et le système de protection sociale provoque des mouvements de révolte massifs qui se durciront, au risque de la violence, si des restrictions budgétaires continuent d’être décidées dans notre pays livré à l’offensive chinoise et aux décisions prises à Berlin dans le seul intérêt de l’Allemagne.

Les conséquences politiques d’un effondrement total ou partiel de la zone euro étant imprévisibles, cette situation remet en cause tous les scénarios imaginés pour la prochaine élection présidentielle. Dans cette incertitude et devant cette situation explosive, la Nouvelle Action royaliste continuera de réfléchir et d’agir selon ses convictions. Ainsi, 

Elle dénonce la manœuvre de diversion par laquelle le gouvernement tente de créer en France des conflits ethnoculturels, en stigmatisant les Roms, les musulmans et les immigrés. Elle réclame l’inscription dans la Constitution du principe multiséculaire du droit du sol et la mise en oeuvre d’une politique d’accueil des étrangers raisonnée et libre de toute démagogie.

Elle réclame l’interdiction des paris sur l’avenir des prix afin de libérer l’économie réelle et une politique visant à empêcher la fuite des capitaux et la prise de contrôle étrangère d’entreprises françaises stratégiques.

Elle réaffirme la nécessité d’un retour à la monnaie nationale, si possible dans le cadre d’une monnaie commune à l’Union européenne, et la mise en place de mesures de protection de l’économie nationale si l’Union européenne ne parvient pas à définir une défense commerciale commune.

 Dans le domaine international, La Nouvelle Action royaliste s’inquiète de la tournure prise par la guerre en Libye, continue de militer pour le départ des troupes françaises engagées en Afghanistan et pour la sortie de l’Otan. Elle souhaite que la future confédération européenne se dote d’une organisation commune de sécurité dans laquelle la France et la Russie, puissances nucléaires, seront appelées à jouer un rôle majeur. Elle se réjouit des révolutions en cours dans les nations arabes et souhaite que le peuple iranien retrouve à son tour la liberté.

Elle espère que le peuple français se soulèvera contre la classe dominante en vue de la révolution économique et sociale indispensable au renouveau de la nation française.