''Souscription 2018'' - Pour relever ce défi, nous ne pouvons compter que sur vous ; c’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à votre générosité, certains que vous saurez y répondre. - Aller dans la rubrique "Agir" et "Faire un don" - Yvan Aumont - Bertrand Renouvin - Nicolas Palumbo
Politique générale | La Nouvelle Action Royaliste

Vingt-neuvième Congrès du 18 avril 2010

Politique générale |  dimanche 18 avril 2010 | Thème: politique
Recommandez:

L’entrée dans le XXIe siècle est marquée par les transformations techniques, le changement climatique, le bouleversement de la hiérarchie des grandes puissances et des rapports de force entre celles-ci. La crise économique, les désordres monétaires et les jeux pervers de la finance accélèrent les mutations et accentuent leur violence. Au Moyen-Orient, en Asie centrale, en Afrique, la guerre est un facteur déterminant pour l’avenir de plusieurs pays. Seul l’équilibre des puissances nucléaires n’est pas encore modifié.

 

Les discours fatalistes sur la mondialisation et les illusions longtemps entretenues sur les bienfaits de la globalisation du « marché » doivent maintenant s’effacer devant les réalités de la politique internationale, rythmée par le jeu des empires et des nations. Domination croissante de la Chine, déclin des États-Unis, renaissance russe, montée en puissance du Brésil et de l’Inde, paralysie de l’Union européenne.

 

Si elle veut maintenir son rang, la France doit au plus vite tirer les conséquences des mutations présentes et à venir. Tel n’est pas le cas. L’oligarchie continue de raisonner selon les schémas idéologiques et géopolitiques du XXe siècle et croit ou tente de faire croire que la nouvelle phase de la crise de l’ultra-libéralisme, depuis l’été 2007, n’est qu’un accident conjoncturel. Professant le mépris de l’activité intellectuelle, de plus en plus indifférents au souci politique, étrangers au peuple, minés par leurs rivalités internes, les partis de droite et de gauche qui composent l’oligarchie s’exposent à être détruits par des formations nouvelles qui seront capables de présenter des solutions effectives aux Français engagés dans une intense lutte de classes.

 

La Nouvelle Action royaliste participe à cette lutte. Elle souhaite hâter la recomposition des forces politiques et favoriser la mise en œuvre du programme qu’elle a élaboré lors de ses congrès.

 

Elle constate que ses analyses et ses propositions convergent avec les travaux de nombreux chercheurs et sociétés de pensée.

 

Elle souhaite qu’un programme commun de salut public soit rapidement présenté aux Français.

 

 Elle se réjouit que les aspects économiques et sociaux de ce programme soient d’ores et déjà soumis au débat, à partir du socle des déclarations adoptées par les Nations unies et à partir du Bloc français de constitutionnalité : Déclaration universelle des droits de l’homme, Déclaration de Philadelphie, Charte de La Havane, Déclaration de 1789, programme du Conseil national de la Résistance, Préambules constitutionnels de 1946 et de 1958.

 

Quant à la reconstruction économique de la nation française, la Nouvelle Action royaliste souhaite qu’elle s’effectue en coopération avec  l’ensemble des nations européennes réunies dans une Confédération. Celle-ci devra disposer d’une protection adaptée aux diverses agressions commises par des puissances extérieures à notre continent afin que la France et l’Europe puissent établir une organisation industrielle et agricole solide.

 

Quant au scandale de la souffrance sociale, outre l’indemnisation des victimes, la Nouvelle Action royaliste demande que les entreprises reconnues comme responsables prennent en charge les coûts sociaux qui en résultent. La NAR appelle à rompre avec la logique d’individualisation des rapports sociaux et demande que les aspects collectifs du travail soient revalorisés grâce au rééquilibrage des évaluations qualitatives et quantitatives du travail.

 

La Nouvelle Action royaliste souhaite qu’un gouvernement digne de ce nom ouvre en Europe la crise politique salutaire qui permettra de refonder l’Union européenne et de lui assigner, hors de l’idéologie et des pratiques ultra-libérales, d’ambitieux objectifs de développement économique et social. C’est dans cet espoir qu’elle adresse son salut fraternel aux salariés grecs, portugais et espagnols révoltés contre l’ultra-libéralisme.

 

Pour hâter la défaite des oligarques français, la Nouvelle Action royaliste appelle ses militants et sympathisants à participer toujours plus activement à la lutte sociale dans leurs organisations syndicales. Pour bloquer la réforme régressive des retraites et l’ensemble des mesures ultra-libérales, il n’y a pas d’autre solution que la grève générale.