''Souscription 2018'' - Pour relever ce défi, nous ne pouvons compter que sur vous ; c’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à votre générosité, certains que vous saurez y répondre. - Aller dans la rubrique "Agir" et "Faire un don" - Yvan Aumont - Bertrand Renouvin - Nicolas Palumbo
Projet de La NAR | La Nouvelle Action Royaliste

Politique des transports en Europe

Projet de La NAR |  dimanche 2 avril 2006 | Thème: politique
Recommandez:

Ouverts naturellement, les mers et les fleuves furent les premières voies de communication et d’échanges pour relier les hommes entre eux. De cette réalité découle un constat : parce que le transport des marchandises et des personnes était rendu possible, de grands ensembles politiques se constituèrent sur le pourtour des mers. Plus tard, des fleuves servirent d’épine dorsale à d’autres ensembles politiques. Puis vinrent les créations des hommes et des États : canaux, chemins de fer et aviation.

La Nouvelle Action royaliste constate :

  • Qu’une politique européenne des transports ne peut aller sans une politique d’aménagement du territoire ;

  • Que les politiques de libéralisation et de déréglementation des transports menées par l’oligarchie européenne ont notamment eu pour conséquence néfaste la densification des flux sur des axes (en particulier routiers) privilégiés et surexploités, au risque de multiples congestions, problèmes de sécurité et risques environnementaux.

Parce que la Nouvelle Action royaliste ouvre la perspective d’une Europe organisée sous la forme souple d’une Confédération d’États vouée à la mise en œuvre de plans et de programmes d’intérêt commun, elle proclame que :

  • Il est urgent de lancer un grand programme européen des transports en donnant la priorité aux infrastructures respectueuses des sites et de la sécurité de tous : riverains, usagers et professionnels. A ces conditions, les projets de transports prioritaires routiers, autoroutiers, ferroviaires et combinés déjà définis par l’Union européenne doivent être menés à terme.

  • La France doit donner l’exemple et se doter d’un vrai programme planifié de création et de conservation de ses acquis et promouvoir une politique des transports intégrée dans une politique ambitieuse d’aménagement du territoire.

  • Les moyens de transports publics doivent cesser de se voir régis par la simple loi du marché, l’exemple de la réalisation et de l’exploitation privées du tunnel sous la Manche montrant bien les désastres auxquels elle peut conduire.

La Nouvelle Action royaliste propose que :

  • Le Conseil européen remplisse son rôle d’initiateur et de coordinateur de la politique commune.

  • La priorité soit donnée à la modernisation, au développement et à l’interconnexion des réseaux de voies ferrées ainsi qu’à la mise en place d’une politique de ferroutage pour les transports « longs parcours ».

  • La modernisation, l’interconnexion et la mise aux normes des voies d’eau pour la circulation des gros tonnages (canaux, cours d’eau, ports) soient réalisées.

  • L’impératif de service public soit défendu pour la desserte et le développement des zones isolées sur l’ensemble de l’Europe.

Le préalable à la construction d’un ensemble politique européen prospère et harmonieux est de disposer de moyens et de voies de communication en nombre et en qualité. Les transports constituent, de ce point de vue, un véritable instrument de cohésion territoriale de l’Europe, bien avant l’imposition de l’euro et bien loin du débat sur les limites frontalières.