Projet de La NAR | La Nouvelle Action Royaliste

Sur la décentralisation

Projet de La NAR |  dimanche 6 avril 2014 | Thème: politique
Recommandez:

La loi marquant une troisième étape de décentralisation est cohérente pour les tenants d’une politique européiste. Elle remet gravement en cause le fonctionnement de l’État qu’ils veulent amoindrir et elle crée de grands ensembles régionaux destinés à s’insérer dans un projet européen clairement fédéral.

La Nouvelle Action royaliste constate que :

  • Il n’y aura pas de simplification : la loi crée des métropoles, strate nouvelle ajoutée aux euro-régions, en sus des collectivités locales déjà existantes (régions, départements, communautés de communes ou d’agglomérations, communes).

  • Les possibilités ouvertes par cette loi renforceront la re-féodalisation du pays et aggraveront les risques de corruption.

  • Certains aspects de la régionalisation actuelle sont positifs, notamment dans les transports régionaux ou la gestion des établissements scolaires. Toutefois, ces politiques sont fonction de la volonté des élus locaux et des possibilités financières.

  • Certaines communes n’atteignent plus la taille « critique », en particulier sur le plan financier, pour mener efficacement des politiques locales de maintien et de fonctionnement de l’existant, et des politiques locales de développement.

  • La loi reste muette sur le périurbain et les « zones blanches » du territoire, lieux pourtant les plus exposés aux problèmes économiques et sociaux de la société française.

  • La loi accentue la remise en cause de la péréquation financière globale pratiquée par l’État qui, déjà, ne tient pas assez compte de l’exigence d’égalité de traitement des citoyens et des territoires dans de nombreux domaines.

  • La parité est difficile à mettre en œuvre dans de nombreuses collectivités locales et complique la constitution de listes de candidats. La limite de 1 000 habitants pour l’application de cette mesure est un non-sens.

La Nouvelle Action royaliste rappelle qu’elle défend et continuera de promouvoir le modèle français d’organisation et de développement. Elle défend l’idée de l’État national contre les visées dominatrices de l’oligarchie européenne. L’idéologie qui conduit à la re-féodalisation du territoire français est une régression historique, humaine et philosophique qu’elle ne peut accepter. Elle défend en outre le rôle de l’État stratège et garant tant de l’unité nationale que de l’égalité des citoyens quel que soit l’endroit du territoire où ils vivent.

C’est pourquoi la Nouvelle Action royaliste propose :

  • L’abandon pur et simple de la loi et des projets de décentralisation.

  • L’abandon de la « Charte européenne des langues régionales » au profit d’un statut portant sur les langues régionales.

  • La remise à plat des compétences et de l’organisation de toutes les collectivités locales en vue de leur simplification et de leur efficacité.

  • La mise en place d’une réelle péréquation financière en vue de répondre pleinement, rapidement et efficacement aux besoins des citoyens et des territoires.

  • L’étude et la mise en place d’une nouvelle politique de développement fondée sur une meilleure répartition géographique des activités humaines, articulée avec les besoins de réindustrialisation du pays.

-------

Texte de la motion adoptée au 33ème Congrès de la Nouvelle Action royaliste le 6 avril 2014