mercredi | La Nouvelle Action Royaliste

Presentation du Livre "Une contre histoire de la IIIE République"

mercredi 05 juin 2013   |  Invité:  Christophe Prochasson
Recommandez:

présentation du livre:

Editeur: La Découverte (jeudi 07 mars 2013) // 401 pages

La classe politique française n'a cessé de célébrer la République au lieu d'y réfléchir. Dans la mythologie politique nationale, la IIIe République occupe l'une des meilleures places. Elle traîne derrière elle une mémoire positive qu'incarnent une figure familière (Marianne), une devise prometteuse (« Liberté-Égalité-Fraternité ») et de mémorables réalisations (l'école, la démocratie ou l'armée des citoyens). Dans les années 1980, historiens et hommes politiques se sont alliés pour chanter les louanges d'un « modèle républicain » enchanté résumant un « rêve français » au fondement d'une identité nationale. 


Cet acharnement aveugle à certains angles morts a du coup suscité les critiques, remettant en cause poncifs et clichés cultivés par l'historiographie républicaine de la IIIe République. Celle-ci n'avait-elle pas oublié d'accorder le droit de vote aux femmes ? N'avait-elle pas ardemment colonisé le monde aux noms des valeurs les plus ambivalentes ? L'inclusion politique des ouvriers n'avait-elle pas été payée du prix de leur exclusion sociale ? À la légende dorée de la République s'est ainsi opposée une légende noire ternissant un « modèle » de ses impensés, de ses oublis, voire de ses crimes. 


Cette contre-histoire de la IIIe République appelle un autre regard. Elle s'attarde sur des réputations usurpées sans pour autant tenir le discours de l'accusation. Elle réfute les mises en cause anachroniques en présentant la IIIe République non comme un modèle à suivre ou à contourner, mais comme un moment d'histoire à penser. Un livre essentiel pour comprendre les enjeux républicains d'aujourd'hui.

présentation de la conférence:

À écouter le discours politique dominant, la Troisième République serait manifestement celle que tout le monde préfère ! Elle a ses figures emblématiques (Jules Ferry), ses valeurs (laïques), son âge d’or (avant 1914)… Ce serait sympathique, si l’apologie de la (IIIe) République, masculine, colonialiste et bourgeoise, n’avait pas coïncidé avec la montée en puissance de l’oligarchie.

Historien, directeur d’études à l ’EHESS , Christophe PROCHASSON nous présentera le travail d’une équipe de chercheurs qui a voulu faire la « Contre-histoire de la IIIe République », en évitant les pièges de la mythification comme ceux de la démolition pamphlétaire. Les institutions, la laïcité et la morale officielle, les classes sociales et les logiques d’exclusion, la politique coloniale, le rapport aux rel igions ne sont pas examinés comme éléments d’un modèle à reproduire mais comme autant de pages d’une histoire qui est sans cesse à repenser.